Parole d’une yogi à une petite fille: la vie ne se résume pas à ce qu’on fait mais à ce qu’on est

Je me souviens lorsque j’étais enfant, je ne comprenais pas comment certains de mes camarades pouvaient déjà savoir avec certitude ce qu’ils voulaient faire quand ils seront plus grand. Ce qui me surprenait le plus c’est que l’idée n’avait pas toujours l’air de venir d’eux-mêmes. La plupart du temps ce sont les parents ou les adultes, qui disent quand tu seras grand tu deviendras ceci ou cela. Je ne savais pas vraiment ce que je voulais faire quand je serais grande, mais je savais que je trouverais par moi-même  sans que quelqu’un me suggère quoique ce soit. En réalité, une partie de moi ne comprenait déjà pas l’intérêt de travailler, gagner sa vie, acheter une maison, une voiture, fonder une famille, pour finalement mourir et rien emporter de tout ce qu’on a accumulé. Il doit bien y avoir quelque chose de plus important à faire lorsqu’on se lève tous les matins, que juste manger, travailler, se divertir. Quel est le véritable but de la vie? Peut-on vraiment réduire notre si courte et insignifiante vie à ce que la société nous demande de faire ? Avons-nous une destinée et une raison d’être plus grande et plus importante que cela ?

Lorsque j’ai commencé le yoga, j’ai commencé brusquement et graduellement à perdre tout intérêt pour la vie matérielle. J’ai arrêté d’écouter de la musique, de regarder des films et des séries, je n’aimais pas le travail que je faisais (qui était très ennuyant de toute façon), je n’avais plus envie de sortir faire la fête ou boire de l’alcool. Mais j’ai réalisé l’extrémité de ce changement d’état d’esprit lorsque je me suis rendu compte que j’ai perdu tout intérêt dans les études. Je m’étais pourtant lancé dans un cursus passionnant. Les gens qui étudient en Gestion du Développement International et Action Humanitaire ne le font pas pour l’argent ou le prestige. Ils le font pour deux passions, aider les autres et les voyages. Deux choses qui me correspondaient pourtant parfaitement.

Maintenant que je savais que le développement international n’était pas ma voie. Que me restait-il donc ? Que voulait faire la petite fille en moi? (À part élever des tigres).

Je ne me voyais devenir professeur de yoga à temps plein lorsque j’ai commencé à enseigner car cela ne faisait que 6 -7 mois que je pratiquais le yoga. J’avais aussi beaucoup de travail à faire sur moi-même et sur ma manière d’enseigner le yoga. Parfois je pouvais m’imaginer ouvrir un studio ou une retraite de yoga, mais ce n’est pas ce que j’aimerais réellement faire.

Mes idées se sont éclaircies durant ma deuxième formation de yoga à l’ashram Sivananda. Je savais qu’un jour j’aimerais être professeur assistante et aider pendant les TTC (Teacher Training Course) car l’expérience TTC est une magnifique opportunité d’apporter plus de spiritualité dans la vie des gens. (Ce qui est exactement ce que j’aimerais faire à travers le yoga). Mais plus important, j’ai compris que mon but dans la vie et le but de tout être humain sur terre est bien plus important et divin que de juste trouver un métier qui nous correspond (que ce soit pour aider ou non). Nous sommes ici pour trouver une Vérité plus grande, qui nous dépasse. Pour réaliser que l’infinité de l’univers n’est pas un mystère insondable et qu’il est possible de transcender cette vérité en nous. Quoi que nous fassions de bon ou mauvais dans la vie, nous finirons tous par mourir et renaitre puis remourir et renaitre de nouveau. Une réincarnation sans fin, accumulant le karma. Nous sommes ici pour la sadhana (pratique spirituelle) et la purification. Pour ouvrir nos yeux, notre cœur et notre âme au fait que Dieu n’est pas une théorie, seule la pratique et l’expérience le ou la rendra réel.

Combien de temps consacrons-nous à la spiritualité? Avons-nous réellement le désir de nous libérer de nos chaines invisibles, ou préférons nous continuer à vivre cette vie misérable et vide de sens ?

Pendant mon cheminement spirituel, il m’est arrivé plusieurs fois de me poser profondément la question, pourquoi suis-je ici sur terre? Même si je peux trouver toute sorte de réponse, même si je sais ce que j’ai fait dans mes anciennes vies pour en arriver là. J’ai pris conscience que l’ignorance est encore en moi, en réalité je ne sais pas qui je suis, je ne sais ce que je veux et je ne sais pas ce que je fais ici. Les mots ne suffiront jamais à me donner cette réponse que j’attends. J’aimerais m’en remettre totalement à cette chose au-dessus de tout. J’aimerais donner toutes mes peurs, mes fausses croyances, mon ignorance et mon obscurité. J’aimerais abandonner tout désir et toutes mes fausses identifications. Car nous sommes bien  le corps et la chair, plus que l’énergie et le prana, plus que le mental et l’intellect. Plus subtil que la vibration, nous sommes la vérité ultime. Nous sommes sat chid ananda, existence, connaissance et béatitude.

“You are the master of your own destiny. You can do and undo things. You sow an action and reap a tendency. You sow a tendency and reap a habit. You sow a habit and reap your character. You sow your character and reap your destiny. Therefore, destiny is your own creation.” Sivananda

 

Advertisements

1 commentaire (+ vous participez?)

  1. Rosy
    Fév 04, 2016 @ 22:23:05

    Tu as tout à fait raison mais il est dit quelque part que vu que tu es venue sur terre il faut alors savoir garder l’équilibre entre le matériel et le spirituel -sinon bravo pour tes articles ils sont passionnants comme d’habitude

    Répondre

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :