L’illusion d’une vie chaotique, sous le voile de la vraie vision: La fin de Maya

Je me souviens que lorsque j’étais plus jeune, avant de commencer le yoga et la méditation, j’avais quand même un petit intérêt pour la religion et la spiritualité en général. Ce qui me fascinait le plus la dedans, c’etait la foi des pratiquants, la certitude que Dieu existe, le courage d’aller prier ou méditer régulièrement, et la persévérance. En réalité, une part de moi était jalouse. Je ne comprenais pas d’où venait cette volonté. Je savais que c’était bien mais je me demandais pourquoi ça ne marchait pas sur moi, alors que j’ai reçu la même éducation religieuse. Bien sûr rien n’est parfait, et ce qui m’empêchait de m’investir dans la religion c’était de voir que la plupart des « adultes » pratiquants qui ne respectaient pas totalement les règles « basiques » telles que ne pas voler, ne pas mentir, pas de commérages, ne pas boire d’alcool ou fumer. Il faisait le contraire de ce qu’il disait.

J’ai lu le livre Le pouvoir du moment présent, dans lequel Eckart Tolle raconte, dans un chapitre, une histoire de Jésus tirée du Nouveau Testament. Une femme a été attrapée  et condamnée pour adultère, et la punition à l’époque était la lapidation. Jésus en prenant sa défense a dit la fameuse phrase “Que celui qui n’a jamais péché lui jette la première pierre”. Lorsque j’ai lu ce passage, je me suis sentie mal d’avoir osé juger et condamner les autres. Et honnêtement, qui ne le fait pas ? Nous serons toujours bons pour trouver les fautes des autres, mais jamais les nôtres. Bizarrement nous n’en sommes pas conscients, et lorsque quelqu’un nous faits la remarque on se vexe ou on ignore. Alors par où faut-il commencer ? Arrêter de se juger soi-même pour ne pas juger les autres ? Ou bien le contraire?

Pour ma part, je suis loin d’arriver à ce stade. Pour certaines choses je peux être très conciliante et pour d’autres je juge, je fais des commentaires mentaux, que ce soit pour moi ou les autres. J’ai appris lors de mon premier cours Vipassana (retraite de 10 jours de méditation dans le silence), que cela peut être difficile de s’aimer soi-même. Et pour pousser la réflexion  encore plus, que veut dire s’aimer et s’accepter soi-même? Qui aime qui ? Qui aime quoi ? Qu’est-ce que le  « je » qui fait l’action d’aimer ou ne pas aimer ?

Il existe plusieurs niveaux de l’existence, et on peut choisir de déplacer notre perception suivant le niveau. Quelqu’un de superficiel ne verra que la surface des choses. Le premier niveau étant le corps, on juge au premier abord sur l’aspect physique. Ensuite il y a l’esprit ou le mental, on juge sur la personnalité, la manière d’être. Et enfin il y a l’âme, notre perception transcendant le modèle habituel et nous voyons le plus profond de la personne, la divinité en elle, la lumière. On dit que les yeux sont la fenêtre de l’âme. On devrait voir dans les yeux de chaque être humain exactement la même chose, une certaine constance unique et parfaite, immobile. En réalité personne n’est bon ou mauvais. Un assassin n’est pas né assassin, il l’est devenu par la circonstance des choses, mais il est né en tant que bébé innocent exactement au même titre que n’importe qui. C’est pourquoi même si la vie sur terre semble aller de plus en plus mal, même si nous détruisons l’environnement et nous faisons du mal les uns les autres; nous avons la possibilité à chaque instant de ne plus le faire. Même s’il est difficile de sortir de tous nos conditionnements, la terre regorge de nouvelles personnes prenant conscience qu’ils ne jetteront jamais la première pierre. Je crois en la capacité de l’être humain de faire du monde un endroit plus agréable à vivre. Et j’ai espoir en l’humanité, nous pouvons choisir de ne voir que perfection et complétude en toute chose vivante. Je crois en une nouvelle ère plus en harmonie avec la terre et notre véritable nature. Car, des ténèbres nous plongeant dans l’ignorance de notre monde plein d’illusions, où rien d’autre que la mort nous attend; jusqu’à la lumière source de la vérité et promesse d’une vie éternelle. Nous ferons tous ce simple voyage intérieur, tout droit jusqu’au tréfonds de notre divine âme. Il faut simplement avoir le courage d’y aller, nous avons tous des démons intérieurs à combattre, mais ils ne sont qu’illusion et derrière se cache notre vraie nature, conscience pure.

Om sarvesam svasti bhavatu            May auspiciousness be unto all

Sarvesam santir bhavatu                  May peace be unto all

Sarvesam purnam bhabatu              May fullness be unto all

Sarvesam mangalam bhavatu          May prosperity be unto all

 

Sarve bhavantu sukhinah                  May all be happy

Sarve santu niramayah                     May all be free from disabilities

Sarve bhdrani pasyantu                    May all look the good of others

Ma kascid dukhbhag bhavet            May none suffer from sorrow

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :